CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Haïti : le futur président trouvera "un État amputé" dans un pays dévasté - par : Le Point.fr

dimanche 28 novembre 2010 par Administrator

Un président qui gouverne sous une tente dans les jardins de son palais en ruines : au-delà du symbole, le vainqueur des élections en Haïti va diriger une administration amputée par le séisme, dans un pays où le taux de chômage, déjà élevé, devrait encore augmenter en 2010.

Fierté des Haïtiens et symbole de l’indépendance du premier État noir, le "Palais national", inauguré en 1921, a été en partie détruit par le séisme du 12 janvier, qui a fait au moins 250.000 morts. La France avait proposé de le reconstruire quelques jours après la catastrophe. Depuis, l’ambassadeur de France, Didier Le Bret, a affirmé que Paris était toujours dans "l’état d’esprit de contribuer à sa reconstruction", mais qu’il ne fallait pas "s’engager dans des investissements qui seraient mal compris par les populations" haïtienne et française.

90 % des ministères détruits

En avril, des bulldozers ont lentement entamé sa démolition. Les services de la présidence ont été relogés dans des préfabriqués et des tentes. Outre le palais présidentiel, la Cour suprême, le Sénat, l’Assemblée nationale et 90 % des ministères ont été détruits. Difficile dans ces conditions de remettre sur pieds le pays le plus pauvre des Amériques, malgré les milliards promis par la communauté internationale, dont la présence la plus visible, celle des Casques bleus de l’ONU, est de plus en plus mal vécue : une partie de la population les accuse d’avoir introduit le choléra.

Les fonctionnaires eux-mêmes ont payé un lourd tribut au séisme. "Il y a eu beaucoup de morts. Dans bon nombre de cas, il n’y a pas eu d’embauches pour les remplacer", reconnaît le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Joseph Jasmin.

"On a dû se passer de ces fonctionnaires. Certains occupaient des fonctions stratégiques et on n’a pas pu trouver de remplaçants. L’État a préféré fermer ces postes et faire fonctionner l’appareil administratif en s’appuyant sur les capacités présentes", poursuit-il.

En attendant, la reconstruction prend du retard. "Le nouveau pouvoir aura beaucoup de mal à utiliser l’administration publique et à la mettre au service de la population. L’administration se fait sous des tentes, elle a été amputée de cadres compétents, elle a perdu ses dossiers et repères", reconnaît Joseph Jasmin.

État d’urgence

Le président pourra s’appuyer jusqu’au 15 octobre 2011 sur l’état d’urgence qui accroît les pouvoirs de l’exécutif en matière de reconstruction, de réquisitions et d’approbations de contrats sans appel d’offres.

Côté économie, le PIB devrait chuter de 8,5 % en 2010, dans ce pays où 30 % de la population est officiellement au chômage, prévoit la Banque mondiale. Le coût économique du séisme (destructions, arrêt de la production, chômage...) a représenté 119 % du PIB, selon l’institution. Seule note positive : la croissance devrait rebondir à 9,8 % en 2011 et à 8,4 % en 2012 "grâce à la reconstruction". Mille trois cents écoles ont été détruites par le séisme et 58 % des quelque 9.000 détenus ont profité du séisme pour s’évader. Ceux qui ont été rattrapés ont retrouvé des conditions carcérales indignes.

Sur les 5.601 détenus recensés au 25 octobre 2010, les trois quarts (4.217) sont en détention provisoire, certains "depuis cinq ou six ans", avance le Réseau national de défense des droits humains. Dans ce pays classé 146e sur 178 en termes de corruption par Transparency International, le nouveau président va enregistrer au moins une bonne nouvelle : la France devrait bientôt lui remettre deux tableaux du Palais national endommagés par le séisme que des experts français sont en train de restaurer.








Accueil | Plan du site | info visites 317755

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network