CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Création d’une force publique, c’est toujours dans l’agenda du gouvernement

lundi 26 novembre 2012 par Administrator

Après avoir appris que le gouvernement oeuvre toujours pour la création d’une force publique, des hommes en treillis se faisant passer pour des anciens membres des Forces armées d’Haïti ont occupé jeudi un camp à Bon Repos, en plaine du Cul-de-Sac. Leur mise en scène n’aura pas duré, car la police a procédé à leur arrestation. Le ministère de la Défense met en garde les usurpateurs de titres, et ces derniers risquent d’être « réprimés avec la dernière rigueur ».

Parler de la création d’une nouvelle armée, d’une nouvelle force publique, d’une gendarmerie ou quelle que soit l’appellation qu’on lui attribue, engendre toujours une mobilisation du côté des anciens soldats des Forces armées d’Haïti ou des individus qui se font passer pour ces derniers. Après les récentes déclarations de certains membres du pouvoir sur la création d’une nouvelle force publique avec l’appui de l’Equateur, une trentaine d’hommes n’ont pas tardé à se mobiliser pour occuper un camp à Bon Repos.

La police nationale, de son côté, n’a pas non plus tardé à mettre de l’ordre cette fois-ci. Ce qui a conduit à l’arrestation d’une trentaine de ces hommes. Une vingtaine de ces derniers sont incarcérés depuis pour répondre aux questions de la justice. Au cours de l’opération qui a été conduite en présence du commissaire de gouvernement de Croix-des- Bouquets, a souligné une source policière, des radios de communication et des armes artisanales ont été retrouvées sur les lieux.

Dans un communiqué publié vendredi, le ministère de la Défense rappelle que « le gouvernement a déjà pris l’engagement d’accompagner les militaires démobilisés identifiés et enregistrés sous la bonne définition de cette catégorie de citoyens qui méritent toute considération pour avoir accordé l’énergie de leur jeunesse au service de la patrie ». C’est ainsi, poursuit la note, que les militaires ont reçu deux tranches d’indemnisation. « Toutes les dispositions ont été prises pour que leur soit versée la troisième tranche restante dans un délai relativement court », assure le ministre Jean Roudolph Joazile.

Réprimer avec la dernière rigueur

Le ministre de la Défense avise que « le gouvernement ne tolèrera aucune dérive de la part d’usurpateurs de titres qui viendraient troubler l’ordre public et la paix des foyers ». Il demande aux « militaires démobilisés authentiques d’éviter toutes accointances avec de tels factieux et fauteurs de troubles, afin de sauvegarder leur prestige et l’image de l’institution militaire ».

« Des instructions formelles ont été passées aux forces de l’ordre afin de réprimer avec la dernière rigueur tout mouvement organisé au nom des militaires démobilisés par des individus malintentionnés qui n’ont, tous, qu’un seul et même objectif : mettre en péril le fragile équilibre démocratique », lit-on dans la note du ministère de la Défense, signée par le ministre Jean Roudolph Joazile.

Au début de la semaine, le ministre, qui intervenait sur une station de radio de la capitale, a effectivement soutenu que le gouvernement œuvre en vue de la mise en place d’une force publique. Il a cependant fait remarquer que, grâce à la coopération équatorienne, le corps du génie devrait être la première entité de cette force publique.

De son côté, le président haïtien Michel Martelly, à l’occasion du 209e anniversaire de la Bataille de Vertières, avait réitéré sa détermination à créer une force militaire. Il s’était cependant gardé de mentionner le nom de Forces Armées d’Haïti.

Déjà en 2011, le président Michel Martelly avait créé une commission pour réfléchir sur la mise en place de la nouvelle force publique. Dans un rapport préliminaire daté de décembre 2011, la commission avait fait des recommandations au gouvernement en vue de la restauration des Forces Armées d’Haïti. Il s’agissait du lancement d’une campagne de communication et de marketing du projet de restauration de l’armée, la solution définitive du problème d’indemnisation des membres de l’ancien personnel des FADH ; la soumission au Parlement du plan quinquennal de financement de la nouvelle force ; la soumission au Parlement de la Loi organique du ministère de la Défense ; la définition d’une stratégie du départ ordonné de la Minustah ; et la nomination d’un état-major intégré de transition.

Dans un second rapport daté d’août 2012, la commission avait constaté que ses recommandations n’avaient pas été prises en compte par l’administration Martelly/Lamothe.

Valéry Daudier








Accueil | Plan du site | info visites 317679

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site La Nouvelle Force Armée d’Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network